L'intuition sous toutes les coutures!

«C’est parce que l’intuition est surhumaine qu’il faut la croire;

c’est parce qu’elle est mystérieuse qu’il faut l’écouter; c’est parce qu’elle semble obscure qu’elle est lumineuse.»

– Victor Hugo

Mais c'est quoi au juste "l'intuition" ?

Certains la définissent comme une certitude, une conviction, une évidence, qui peut prendre la forme d’une sensation, d’un ressenti. D’autres la perçoivent comme une petite voix, une sorte de sagesse intérieure. Les créatifs parlent d’inspiration. Pour d'autres encore, c’est l’«Eurêka ! », le "bon sang mais c'est bien sur!!", la révélation, l’éclair de génie, avoir du flair, faire appel à son instinct ou à son sixième sens, écouter son cœur, suivre sa guidance intérieure…

L’intuition n’a rien à voir avec la raison, elle n’est pas quelque chose que l’on peut expliquer avec notre logique. Elle nous montre la voie à suivre, le meilleur chemin à emprunter pour vivre une vie en restant fidèle à soi-même. L’intuition ne passe pas par le filtre du mental ni de la pensée.

 

Définition de l'intuition :

Pour comprendre ce qui se cache derrière ce mot mystérieux, ouvrons le dictionnaire. Étymologiquement, l’intuition vient des mots latins "in" (en, dans) et "tueri" (regarder attentivement, contempler).

"Intueri" signifie donc l’acte de regarder attentivement à l’intérieur de soi, voir de l’intérieur.
Dans le dictionnaire, l’intuition est définie comme une « connaissance soudaine, spontanée, indubitable », une « connaissance directe, immédiate de la vérité, sans recours au raisonnement, à l’expérience ». Elle désigne le pressentiment de ce qui est ou doit être, l’acte de percevoir ce qui nous est inconnu, sans pouvoir l’expliquer ou l’argumenter.

 

D’après sa définition, l’intuition est un mode de connaissance indépendant de la raison. Elle ne provient pas d’un processus rationnel ou logique et n’est donc pas issue d’une réflexion, d’une analyse ou d’une déduction. L’intuition procède de façon immédiate et représente une forme de compréhension directe et spontanée, qui ne s’appuie ni sur l’expérience, ni sur des indices sensoriels. Il s’agit d’accéder à une connaissance qui provient de l’intérieur de nous, et non de l’extérieur. Les racines latines du mot prennent alors tout leur sens.
Ceci sous-entend que nous avons, en chacun de nous, des connaissances que nous recherchons généralement dans le monde qui nous entoure. Et l’intuition serait alors une voie d’accès à cette source d’informations souvent insoupçonnée. Ce précepte amérindien le résume joliment : « La nature toute entière est contenue dans l’esprit d’un seul homme. Attiré par le reflet des apparences, il regarde du mauvais côté. Apprends à tourner tes yeux vers l’intérieur ».

 

Comment se manifeste l'intuition ?

 

Notre intuition peut se manifester à tout instant. Cependant, on n’y prête pas toujours attention. Déjà, pour l’entendre ou la sentir, il faut être au clair avec soi-même. Si votre esprit est sans arrêt encombré de pensées et de doutes, votre corps d’angoisses, vous aurez du mal à percevoir votre intuition mais ce n’est pas impossible même dans ce cas. En effet, lors de certains moments de relâchement elle apparaîtra clairement. 

Le propre de l’intuition est de fournir une information juste sur une situation à venir. Que faire, puisque le processus est inconscient ? Laisser à l’inconscient plus de place pour s’exprimer. Surtout, ne vous mettez pas martel en tête ! Être à l’écoute de son intuition, c’est d’abord lâcher prise et accepter ce qui vient. Un état d’esprit serein, le développement de l’attention au moment présent, l’écoute de votre corps sont autant d’attitudes qui vous permettront de vous engager sur la voie intuitive.

 

Pour reconnaître son intuition, vous devez être attentif à vos ressentis. Si vous ne savez jamais ce que vous ressentez, cela risque d’être compliqué. Par contre si vous savez reconnaître une sensation de bien-être ou de malaise en vous-même, c’est déjà un premier pas.

En général dans toute situation nous avons un ressenti, et souvent sans l’avoir appelé ni cherché, il apparaît. Bien sûr, ce ressenti est beaucoup plus complexe et subtil qu’un simple sentiment positif ou négatif car l’intuition nous envahit et nous alerte. Une intuition peut être une conviction, une certitude, un ressenti très fort comme une boule au ventre ou au contraire un sentiment très joyeux, une voix intérieure, une pensée fulgurante qui passe et qui nous dit ce qui va se passer, une sensation physique intense, une image qui se forme clairement en soi...

 

Selon Virginie Tanguay, elle se manifeste sous deux formes : la phase du oui et la phase du non.

 

La phase du oui :

Elle vient délicatement, doucement, en ne tentant pas de nous convaincre. Elle dit simplement ce qu’elle a à dire. Nous avons souvent tendance à l’ignorer puisqu’elle ne fait pas de bruit. Par contre, si nous l’ignorons trop longtemps, cet appel se fera sentir jusqu’à temps que nous le remarquons.

 

La phase du non :

Cette phase fait souvent plus de vague. Elle est plus bruyante et plus insistante. Elle nous remplit d’une sensation de malaise qui persiste jusqu’à temps que nous décidions d’y prêter attention. Pendant cette phase, nous nous sentons bien souvent agité, mécontent et frustré.

 

Il est plus facile d’entendre les messages de l’intuition dans des moments de calme et de solitude. Le brouhaha quotidien n’aide pas à s’en rapprocher, au contraire. C’est pourquoi il est important de s’accorder des périodes de tranquillité, loin du stress et des préoccupations de la vie. Faire le vide dans son esprit, se connecter à ses sentiments et être à l’affût et à l’écoute de ce murmure qui nous parle sans cesse.

 

Peut-on se fier à l'intuition ?

Selon Hélène Pau, la réponse est oui ! Par définition, une intuition est toujours juste. Elle est « indubitable » et atteint la vérité directement. Si votre intuition n’est pas juste, c’est que ce n’en est pas une. Il arrive généralement que nos émotions, nos jugements, nos interprétations entrent en jeu et se mêlent à nos perceptions intuitives. Ce que nous prenons alors pour des intuitions ne sont en fait que l’expression de nos peurs, de nos désirs, de nos a priori… Pour pouvoir se fier à notre intuition, nous devons donc la distinguer des perceptions provenant de nos émotions et de notre intellect.

 

La recherche scientifique, ainsi que le vécu que chacun peut avoir à un moment ou un autre, nous révèlent que l’intuition est une capacité que nous possédons tous, que nous pouvons en développer son usage par la pratique, et qu’elle nous permet d’accéder à une perception, à une connaissance plus directe. L’intuition ne serait-elle pas au fond une formidable voie d’exploration de nous-mêmes, et du monde ?

 

Comment développer son l'intuition ?

En théorie, ça a l’air simple : il s’agit de se détacher du rationnel. Arrêter de tout intellectualiser pour se mettre à écouter. Écouter nos sens, notre âme d’enfant, notre environnement… Et notre corps, aussi. Vous avez la boule au ventre au moment de signer ce nouveau contrat ? Vous êtes probablement en train de faire une bêtise. Notre intuition nous parle en permanence : il nous suffit de tendre l’oreille.

 

Avoir une intuition aiguisée est également directement liée au lâcher-prise. Dès que nous réfléchissons trop, dès que nous contrôlons les choses, l’intuition n’a plus sa place. La respiration et la méditation sont aussi des outils qui nous aident à sentir, à s’éveiller, à s’ouvrir à notre sagesse intérieure.

 

Donc, pour la développer nous devons commencer par nous faire confiance, nous aimer et être attentif à nos sensations.

 

Chaque jour, pratiquez au moins 10 minutes d’une activité qui vous permette d’entrer en vous et d’être pleinement consciente de vos sensations.

Cela peut-être par exemple :

 

1. l'observation.

La première attitude pour permettre à notre intuition de s’exprimer est d’apprendre à observer, sans jugements, ni projections ou attentes. Simplement observer. Les êtres, les lieux, les situations. L’observation vigilante et attentive nous prépare à percevoir les choses autrement. Pour cela, nous devons cesser de juger (nous sommes habitués à porter des jugements et de appréciations sur tout ce qui nous vient à l’esprit, à tout classer, étiqueter), et faire le choix d’une attitude neutre et bienveillante. Dans la mesure où nous développons ce sens de l’observation fait d’ouverture, de réceptivité et de bienveillance, nous laissons de la place pour l’émergence de nos perceptions intuitives.

 

2. La méditation.

La méditation est un excellent moyen de se reconnecter avec son intuition, car elle nous permet de couper notre mental et d’être réceptif à notre intuition.

La méditation va vous aider à retrouver votre paix intérieure. Si votre cœur et votre esprit sont trop encombrés par des maux ou des pensées négatives alors, vous ne serez pas en mesure de calmer cette partie de vous qui peut éventuellement libérer l’intuition. Il y a plusieurs façons de méditer, le yoga en est une, ou faites simplement quelques exercices de respiration pour rester zen.

 

3. La pensée positive.

Soyez  positif, libérez-vous de toute peur ou d’inquiétude car l’absence de peur ou d’inquiétude peut littéralement augmenter votre capacité intuitive. En restant positif, vous attirez la bonne énergie, celle qui sera capable de reconnaître facilement les sentiments ou évènements qui vont se produire. L’une des moyens de rester positif est l’auto-suggestion et des affirmations positives.

 

4. Le lâcher-prise.

Souvent on est préoccuper par certaines situations qui nous rendent tendus et qui inhibent toutes nos facultés. Ces situations ne sont pas propices à l’intuition dans ces conditions on a besoin le lâcher-prise.
Quand ce moment arrivent, réfugiez-vous dans un endroit au calme où vous pourrez lâcher vos inhibitions, où vous pouvez vous laisser aller c’est ce qu’on appelle le lâcher-prise.

 

5. Ne jamais rien attendre.

Après d’être libéré de tout ce qui vous empêche d’y voir clair, n’attendez pas d’avoir une réponse immédiate. Laissez passer un peu de temps jusqu’à ce que vous soyez surpris.… wow ! Ça y est, vous avez votre réponse.

 

6. Faites confiance à vos premières impressions.

Lorsque vous voyez une chose pour la première fois et que vous pensez qu’elle n’inspire pas confiance ou une personne qui vous parait d’un poil arrogant à la première vue, il y a de fortes chances pour que ce soit vrai. Faites confiance à vos premières impressions jusqu’à ce que vous arrivez à prouver le contraire. Il y a un vieux dicton qui dit « les premières impressions sont les bonnes » cela est une vérité car elles sont souvent amenées par l’intuition.

 

7. Être dans le moment présent.

Une bonne façon d’être dans le ressenti de l’intuition, c’est d’être dans le moment présent, le ici et maintenant. En fait, il s’agit que le corps et l’esprit soient présent tous les deux dans l’instant présent. Vous devez vous concentré uniquement sur l’endroit où vous êtes et/ou sur ce que vous faites en utilisant vos 6 sens de façon intense. Voici un exemple qui illustrera mieux le moment présent que trop d’explications:  En marchant pieds nus dans l’herbe vous pouvez ressentir sur vos pieds toutes les sensations tactiles de cette herbe (douce, mouillée, piquante, molle,…), puis en même temps, entendre le bruit du vent dans les arbres ou le chant des oiseaux, sentir l’odeur de la forêt et des fleurs, voir les rayons du soleil entre deux buissons, ressentir la force de la nature dans vos tripes ou sa chaleur dans votre cœur. Tout ça, bien entendu sans penser, juste en étant totalement présent là où vous êtes.

 

Voici pour terminer deux exercices faciles et ludiques pour vous aider à développer votre intuition :

 

1/ La force de l'arbre

Imaginez-vous que vous êtes un arbre, de quelle espèce seriez-vous, seriez-vous un arbre d’Europe ou bien d’Amazonie ou un bien un palmier rempli de dattes succulentes.

Pour réaliser cet exercice, vous aurez besoin de vous choisir un arbre, celui que vous préférez, celui qui vous pensez vous ressemble. Une remarque toutefois, l’exercice sera plus profitable au printemps ou en été quand c’est la pleine montée de sève pour des raisons évidentes, vous en conviendrez.

Quand vous avez trouvé « l’arbre », faites ceci :

 

Adossez-vous de tout votre long comme si vous deviez vous fondre en lui, puis fermer les yeux et commencez à écouter les bruits venant de lui. Écoutez et ressentez ses feuilles que le vent fait vibrer, les craquements de l’écorce.

Essayez aussi de penser avec votre intuition. Qu’est-ce que vous avez besoin d’entendre de cet arbre. Quel est son message ?

 

Je vous rappelle tout de même que c’est l’arbre que vous avez choisi. Il n’y a pas de hasard. Celui-là et pas un autre…

 

Ressentez cette étendue de feuilles au dessus de vous, promenez-vous dans le dédale de branches. Sentez en vous sa puissance, la sève qui coule en vous maintenant depuis les racines jusqu’à la cime.

Ce tronc c’est votre corps, ces branches, ce sont vos bras, devenez peu à peu cet arbre que vous aimez tant et ne faites plus qu’un avec lui.

Tout doucement tous les éléments qui compose ce décors se mettront  à s’estomper pour ne laisser que cet arbre et vous.

Sentez cette communion, ce partenariat. Je suis sûr que vous n’avez jamais vu un arbre comme ça et vous ne verrez plus jamais un arbre comme avant.

Quand vous sentez que vous êtes rassasié de son énergie, étirez-vous longuement et marcher lentement devant vous en respirant profondément en oubliant pas de le remercier pour tout ce qu’il vous a apporté par la pensée la plus haute et la plus noble que vous ayez à lui envoyer.

 

En faisant régulièrement cet exercice, vous vous rapprocherez des forces de la nature et vous serez connecté à elle, en symbiose totale.

Cela vous sera d’une grande aide pour progresser plus vite et mieux, de plus, cela vous fera travailler sur la notion d’ancrage et d’enracinement. Non, ce n’est pas un jeu de mots ! L’intuition a grand besoin de cette qualité pour être sûre et confortable.

 

2/ Se connecter à sa guidance intérieure

Faites 3 lentes et profondes respirations.

 

Fermez les yeux et ressentez tout votre corps.
Imaginez que votre être Divin se tient devant vous, vous pouvez peut être la voir ou/et la ressentir.
Parlez lui, posez lui votre question, elle vous répondra par l'intermédiaire d'idées, d'images, de sensations, ou alors par la voix intérieure.
Soyez réceptif et l'esprit en attente.
Notez tout, elle peut vous répondre par une phrase, un mot ou plusieurs phrases.
Écrivez ce que vous recevez sans juger et sans analyser.
Remerciez votre guidance intérieure.

Analysez le message reçu ensuite et surtout, faites en quelque chose.
Par la suite de cet exercice, remarquez dans la journée ou la soirée, et les jours suivants, les nouvelles idées qui vous viennent à l'esprit, les paroles que d'autres disent et qui sonnent juste. Peut être serez vous attirer par lire un livre particulier, quelques mots d'un film vont vous "résonner", amusez vous à ouvrir un livre par hasard et lisez le message, là où se dirige votre regard. 
Notez ce que vous remarquez dans votre cahier d'Intuition. Une question amène une nouvelle question, un pas amène à l'autre pas, avancez tranquillement. Avec la pratique, il y a moins de questions et plus de réponses. 
Répétez cet exercice, pour vous entrainer. 

Intuition, prémonition et prédictions ne sont pas les même phénomènes. Voici comment les différencier.

 

L'intuition

C'est une sensation vague qu'un événement va survenir, sans pouvoir le décrire précisément. Ce terme est synonyme de pressentiment. Chacun d'entre nous a fait l'expérience de ce pouvoir instinctif : sentiment qu'un incident va nous empêcher de nous rendre à un rendez-vous, intuition que le téléphone va sonner... Le pressentiment est souvent constaté quand l'événement perturbateur est passé. Auparavant, il s'agit d'un sentiment confus, un ressenti, contrairement à la prémonition, qui elle est beaucoup moins abstraite et plus sujette à l'interprétation.

 

La prémonition

C'est un phénomène qui s'impose à la conscience. Elle fait irruption brusquement pour nous avertir d'un évènement à venir, souvent grave mais pas obligatoirement. C'est donc une manifestation non contrôlée de notre psychisme, comme par exemple dans les rêves prémonitoires. Dans ce cas, nous recevons une vision plutôt précise d'un événement, d'un acte ou d'une situation qui se produira dans le futur. Cette expérience n'est pas aussi rare qu'on pourrait le croire : beaucoup de personnes témoignent d'avoir fait au moins un rêve prémonitoire dans leur vie.

 

La précognition

C'est également la capacité de pouvoir prévoir un événement avant qu'il ne se produise. Cependant, la précognition est active, c'est-à-dire que le sujet cherche à savoir ce qui va se passer avec des supports tels que des cartes ou autre accessoires, tandis que la prémonition est une faculté passive qui s'impose à nous sans que nous le voulions. La précognition se rattache uniquement au futur et se différencie de ce fait de la voyance.

 

La voyance

Elle ne doit donc pas être réduite au simple fait de prédire l'avenir. Un voyant a le don de percevoir des informations en dehors de l'usage des cinq sens. Il a la faculté de ressentir une information en faisant abstraction de l'espace et du temps. La voyance c'est donc plutôt la capacité d'un individu à percevoir des informations passées, présentes ou futures et surtout à savoir les interpréter afin d'éclairer la personne qui est dans le trouble. Il existe deux sortes de voyance, les voyants purs qui exercent leur don sans intermédiaire, grâce à des flashs, et les voyants avec support qui ont besoin de cartes de tarot, boule de cristal, marc de café, pendules… On distingue également les clairvoyants (qui « voient » les événements) des clairaudients (qui entendent les informations).

 

La prédiction

C'est simplement l'action d'annoncer des événements qui interviendront dans un futur plus ou moins proche ou plus ou moins éloigné dans le temps, par voyance ou prémonition.

 

Le sentiment de « déjà vu »

Tout le monde a expérimenté au moins une foi la sensation d'avoir déjà vécu une situation (lieu, conversation, comportement...). Manifestation d'un don de voyance ? Effet d'une réincarnation ? En fait, des chercheurs américains pensent avoir trouvé l'explication : ce serait un effet de notre mémoire qui interprète un autre souvenir. Le cerveau identifierait un détail associé fortement à une expérience antérieure et il superposerait les sentiments éprouvés au cours de notre première expérience à celle que nous sommes en train de vivre. Il s'agirait donc d'une « erreur «  de notre cerveau, un mirage de la mémoire !

 

 

Merci à Ema Fontayne pour ces précisions =)


Écrire commentaire

Commentaires : 0

Siret 452 739 055 00047


La Lune aujourd'hui :