Oui mais... Le Syndrome de la Chèvre...

www.zenensoi.com
www.zenensoi.com

Le Syndrome de la Chèvre..."oui maiiis" "Mais ceci... Mais cela... Mais, mais mais"....

LE parasitage mental suprême... Celui qui bloque tout en vous et forcément tout autour de vous, et inconsciemment vous empêche d'avancer!

Quelque soit la solution aux problèmes, le "oui mais" surgit...


Alors une question s'impose : souhaitez-vous réellement vous libérer de vos paquets? Oui? Alors STOP, on arrête de se planquer derrière des pseudos excuses qui vous plombent, OSEZ, sortez de votre zone de confort, se plaindre, jouer les Caliméro, c'est se complaire dans le rôle de victime, et cela ne fait que vous enfoncer...


C’est trop injuste”... Qui ne s’est jamais fait la réflexion? Le problème commence lorsqu’on se range systématiquement dans le camp des victimes face aux aléas de la vie. Bonne nouvelle, on peut changer!


La victime vit de son malheur, elle trouvera donc les justifications ailleurs qu'en elle-même pour entretenir cet état d'être. Elle ne se sent jamais appréciée, et est en permanence en quête d'affection... Dans les jeux psychologiques* que nous rejouons sans cesse, le triangle dramatique est un scénario inconscient bien rôdé...


En effet, nous portons toutes et tous en nous une "partie" victime. Selon les personnes, cette partie victime est plus ou moins développée, et plus ou moins bien "gérée" . L'importance du rôle que nous attribuons à notre victime sur notre théâtre intérieur varie selon les circonstances, selon les gens que nous côtoyons, selon notre position dans le monde et selon notre état du moment. Bien que nous jouions avec toute notre sincérité et tout notre coeur, en fait, il ne s'agit que d'un rôle. Un rôle appris lorsque nous étions très jeunes.

Des parents dont les marques d'attention sont principalement centrées autour de la peine, de l'impuissance de leur enfant, de ses peurs et de ses échecs renforceront souvent et inconsciemment et involontairement les comportements de victime chez ces derniers.

À l'âge adulte, nous continuons de jouer ce jeu, nous nous faisons plus petit(e), plus fatigué(e), plus impuissant(e) que nous sommes réellement afin d'attirer l'attention et d'alléger le poids de nos responsabilités.


Comme tout le monde je glisse parfois dans ce jeu, alors loin de moi l'idée de juger qui que ce soit en écrivant cet article. Elle a ses avantages. Effectivement, les gens vont se préoccuper de moi, ils me prendront momentanément en charge, me plaindront, compatiront pour un temps à ma douleur, essayerons possiblement de me désennuyer, de me consoler, de me protéger, etc.

D'un autre côté, les désavantages pèsent lourd dans la balance. C'est bien sûr que j'obtiens des marques d'attention, mais en même temps, mon estime de moi diminue, je développe des relations de dépendance envers les autres, mon autonomie en prend un coup et je suis très porté à me blâmer. Et cela peut devenir pesant pour les gens qui m'entourent.


Apprendre à reconnaître cette partie en nous et son influence sur notre vie passée et présente est toute une aventure. Voici quelques pistes, quelques questions utiles losqu'on veut amener à la conscience les jeux manipulateurs de notre ego : (D'abord s'observer, puis écrire).

  • Quelles sont les personnes et les situations où je suis davantage portée à jouer la victime?
  • Comment est-ce que je m'y prends ?
  • Lorsque je suis dans mon rôle de victime, quelle image ai-je de moi-même et des autres?
  • Quelle perception ai-je de la vie? De ma vie?
  • Quels sont les discours que je tiens dans ma tête?
  • Comment est-ce que je me sens dans mon corps et dans mon coeur?
  • Qu'est-ce que je gagne et qu'est-ce que je perds à me sentir et à jouer la victime?
  • Qu'ai-je peur de perdre si je cesse de jouer à la victime?
  • Quelles sont les phrases et croyances limitantes qui m’empêchent d'avancer?
  • Est-ce que je suis en train de renforcer les comportements de victime chez mon enfant?


La clé du changement réside dans la prise de conscience qu’on peut vivre autrement.


La solution au "oui mais"?

Déjà, prendre conscience de ce schémas limitant.

Ensuite, petit truc sympas : L'inversion du "Mais"! Je m'explique : tout ce qui AVANT le "mais" perd de sa valeur face à ce qu'il y a APRÈS le "mais".


Exemple : "Je suis contente d’être là mais je suis fatiguée" > "Je suis fatiguée mais je suis contente d'être là"....


Essayez, de vous même vous allez voir la différence!


* voir le film "oui mais" avec Gérard Jugnot.


© Céline ZenenSoi



Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Hilana (jeudi, 28 mai 2015 13:12)

    C tout à fait vrai un très beau ressit car si on veux on peux .... On a que la vie que l on se donne .... Il faut se lancer un jour ou l autre

Siret 452 739 055 00047


La Lune aujourd'hui :